Investigation : En mode garçonne

audrey hepburn

Cela faisait un moment que je n’avais pas publié un petit billet d’humeur. Alors ni une ni deux, rectifions ça de suite et voici ce qui suit :

Si l’on affirme bien souvent que tenter de comprendre le comportement des femmes est peine perdue, au contraire essayer de déchiffrer celui des hommes n’est pas bien sorcier (tellement prévisible… Ou presque). Pour cela, il suffit d’attraper avec délicatesse l’une des nombreuses clés qu’il aura laissé là, bien en évidence au centre de la pièce, ou qu’il aura tout bonnement oublié de ranger à l’abri des regards indiscrets. Et vous voilà arrivée au cœur de ses pensées.
Tandis que nous, chères demoiselles en détresse, notre somptueuse forteresse cela fait des années que l’on s’efforce de la consolider et de la protéger coûte que coûte. Il faut bien avouer que pour la grande majorité, on y met du cœur à l’ouvrage au quotidien. Alors il faudra un sacré courage pour tenter de la faire céder… Passons et concentrons-nous plutôt sur la gent masculine.

« Pourquoi ne répond-t-il pas ? »
« Tu penses que je devrais l’appeler ? »
« J’attends combien de temps avant de répondre ? »
« Tu penses qu’il est sérieux ? »
« Je m’habille comment ? »
« Qu’est-ce que je fais en arrivant ? »
Et autres i-n-t-e-r-m-i-n-a-b-l-e-s blablas typiquement féminins…

Il faut bien avouer qu’en matière de séduction et autres relations amoureuses, les femmes se posent un nombre de questions en tout genre aussi inutiles qu’incalculables, qui compliquent la vie. Mais rassurons-nous, les hommes s’en posent tout autant, si ce n’est parfois plus (mais ils se gardent bien de le crier sur tous les toits, égo-virilité oblige vous comprenez ; ) ).
Alors quel meilleur moyen pour se simplifier la vie, que d’entrer directement dans la tête de nos chers camarades masculins et de reproduire leur comportement à la lettre ?

En tant que Femme du Monde indépendante et overbookée qui se respecte (rien que ça ^^ ), il est grand temps de prendre le pouvoir et de jeter son portable au fin fond de notre sac à main, un endroit équivalent aux oubliettes. Impossible de le retrouver dans notre bazar rangé et donc la période des yeux plein d’espoir fixés tel un merlan frit, dans l’attente que la chose daigne vibrer, est révolue !

Entre le névrosé, le faux timide, le narcissique, le lover berceur, le serial pleureur, le vrai connard, le too much, le romantique du dimanche, le désespéré, le lourdaud… (la liste est longue) autant s’amuser en se calquant sur leur propre comportement (rire diabolique).
Plus sérieusement, peut-être est-ce mon côté d’emmerdeuse qui ressurgit, mais à quoi bon se miner pour rien ? Trop de femmes dans mon entourage se laissent mener par le bout du nez, il est donc temps d’inverser la tendance. Et étonnamment cela finit par s’avérer plutôt payant.

Après environ un mois de négociations avec un as en matière de séduction sur tous les tableaux, qui soit dit en passant n’est autre que mon acolyte de soirées (sa crédibilité s’est envolée), mon coaching intensif a enfin pu débuter. J’ai donc eu le loisir de l’observer de loin, (fou)rire aux lèvres, en action sur le terrain, analyser ses répliques calculées, ses tactiques d’approche parfois douteuses à mon goût (qu’il ne souhaite pas que je révèle, car Monsieur ne partage pas avec la concurrence ^^) et ses fameux « mots doux de relance » comme il les appelle.

Et finalement, à quelques nuances près, le processus d’approche du premier sourire au dernier sms (lâcheté masculine ^^ ) est assez similaire. Le tout est de savoir trouver le juste milieu entre un léger désintérêt, une certaine dose d’inaccessibilité tout en se montrant assez réceptif(ve) pour le/la voir conquis(e). Tout un art de minauderies franches et décomplexées !

Vous l’aurez donc compris, stupide mais efficace, plus on se montre libre et indépendant, plus l’autre arrivera en courant, en sprintant même. Alors si Jules n°1 ne daigne pas répondre, pas de panique, n°2 se fera un plaisir de vous occuper l’esprit.

Le détail qui tue :

– Les petits textos impersonnels du style « salut, on se voit ? » on oublie. Ils sont envoyés à moult destinataires simultanément précédant un tri sélectif de premier choix, on connaît.
– Le changement subtil d’un prénom féminin en prénom masculin (et inversement) dans la liste des contacts pour brouiller les pistes (Alex, Gab, Lou et j’en passe), merci on le fait aussi.

Alors par pitié messieurs, soyez plus créatifs… Ou ayez simplement le cran d’agir comme une femme de temps en temps😀

Cordialement,

Bisous